Se raconter dans la danse

Ce dimanche 26 février, ça a swingué dans un squat de Toulouse. C’est en compagnie des habitants du CAO des Pradettes que le RETSER s’est rendu dans ce bâtiment désaffecté. Le but de l’après-midi : rencontrer ses habitants et faire la fête tous ensemble en musique, en danse et en chansons !

Dès notre arrivée, sur les coups de midi, nous sommes accueillis par Julien, un habitant du squat. Tout en nous expliquant leur installation sur les lieux et leur récente victoire devant les tribunaux, il nous montre les locaux : salle commune, salle de classe et cuisine, dont un fin fumet s’échappe. Au menu, soupes algériennes et petits chaussons fourrés. Nous sommes plus de 40 personnes à nous asseoir à table pour partager le repas !

Pendant ce temps là, les musiciens commencent à chauffer leurs instruments… Trois ou quatre guitares, un violon, une clarinette, un cajón (une percussion péruvienne composée d’une caisse de résonance en bois), un piano, un melodica (mélange de piano et d’harmonica)… c’est un véritable petit orchestre qui s’organise.

img_9843

Au début, tout le monde est sage. On écoute tranquillement, on dodeline de la tête, on applaudit à la fin du morceau. Puis, au fur et à mesure, l’ambiance se déride, se débride. Le rythme s’accélère, les gens se lèvent, les fausses notes sont noyées dans les applaudissements en rythme. On commence à danser.

Les soudanais se proposent : dans leur culture, la danse tient une place particulière. Elle est pratiquée lors de célébrations heureuses, comme les mariages, les naissances, les récoltes… Elle permet de laisser parler le corps, et de se reconnecter à la nature. Il fut un temps où ces danses se pratiquaient pendant les cérémonies mystiques : elles étaient appelées szar et s’apparentaient à des transes. La musique aux sonorités de percussions s’est aujourd’hui mêlée aux sonorités plus occidentales d’instruments à corde ou à vent, hérités des colons. Dans le squat, faute d’enceintes dignes de ce nom, la musique provient d’un téléphone, et c’est à peine si on l’entend. Mais l’essentiel réside dans le plaisir de danser tous ensemble, sur un rythme commun.

img_9890img_9915

Puis, nous expérimentons la danse kabyle. A l’origine, elle se pratiquait à l’occasion de la cueillette des olives. Aujourd’hui, on la danse lors des fêtes, comme les mariages par exemple. Guidées par Imane, c’est avec un foulard noué autour des hanches et un autre dans les mains que les filles essayent de suivre le rythme du cajón. Alors qu’un garçon commence la danse à genoux au milieu de la piste, la femme vient tourner autour de lui par des petits pas, en bougeant son bassin et en faisant tournoyer le foulard qu’elle tient entre les mains. L’homme la rejoint ensuite pour une danse face à face, toujours en tournant et en secouant les épaules. Difficile d’en tirer certains au milieu de la piste … mais, à force de supplications, les couples se forment et on s’essaye à danser. Un grand moment de rigolade pour le groupe !

S’en est suivi le folklore balkanique ! Difficile de vous dire quelle danse était à l’honneur ce dimanche, tant il existe de danses balkaniques différentes. Quoi qu’il en soit, c’est en cercle, main dans la main ou un bras autour de la taille que ça se danse. Les pas de bases, si simples en apparence, nous donnent un peu de fil à retordre !

A 18h, quelques couples dansent encore le rock, la rumba ou la salsa. La salle se vide petit à petit : on s’accole, on s’embrasse, on se remercie en se promettant de remettre ça bientôt.

Un panel de danses multiculturelles, à l’image de ce groupe bigarré et joyeux, où la barrière de la langue n’est même plus une préoccupation. Car, lors de ces après-midis, on cherche moins à raconter nos vies qu’à se raconter, nous. Ce à quoi la danse nous aide beaucoup.

Agathe, bénévole du RETSER
© Paul Lorgerie

img_9926-2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :